Le plus difficile c’est de faire des choix.

Le plus difficile c’est de faire des choix.

Alizée Goguely

Éducatrice de jeunes enfants

Service des grands enfants et adolescents hôpital de jour d’oncohématologie - Hôpital Sud-Rennes

Au sein de l’unité de Pédiatrie Grands Enfants et Adolescents, il y a eu des modifications durant le confinement pour s’adapter aux nouvelles règles. Les enfants ont dû rester confinés dans leur chambre. L’accès à la salle de jeux, la salle adolescents était possible mais uniquement 2 enfants en même temps s’ils étaient dans la même chambre. Les permissions dans la famille ont été interdites. Pour eux c’était très dur de ne pas juste sortir dehors, de ne pas voir la visite de leur famille.

Le plus difficile pour moi en tant qu’éducatrice est de faire des choix. Pendant le confinement, je devais faire toutes les activités en chambre ce qui me prenait plus de temps. Je ne pouvais pas passer du temps avec chacun, c’est très embêtant. Encore aujourd’hui, il y a des contraintes, pour respecter la distanciation sociale, je peux uniquement prendre 4 enfants en même temps. Notre présence est indispensable car les associations et les intervenants extérieurs n’ont plus le droit de venir. Pour les enfants, c’est un gros manque. Dans les autres services où il n’y a pas d’éducatrice c’est encore plus compliqué, car ils ne sont pas en mesure de répondre aux besoins « de jouer » des enfants. J’ai proposé des activités en individuel ce qui m’a permis de nouer des liens forts avec certains enfants. J’ai appris à mieux les connaître. C’est très positif.

De manière générale, nous avons dû réinventer notre manière de travailler, apprendre à distinguer des émotions sur le visage des enfants malgré le port du masque. Toutes ces mesures étaient nécessaires pour lutter contre la propagation du virus et assurer leur sécurité.

Partager sur :

S'inscrire à la Newsletter :
Je m'inscris