Interview de Jean-Baptiste Welsh

Au sommet des rêves !

À 25 ans, Jean-Baptiste Welsch a déjà accompli l’exploit de gravir le Mont-Blanc et le Kilimandjaro et ce, au profit de l’Association Petits Princes. Un enthousiaste au grand cœur qui n’a pas ménagé ses efforts pour donner vie aux rêves d’enfants.

Quelle a été la genèse de ces projets ?

J’ai étudié un an aux États-Unis et j’y ai découvert que tout événement était systématiquement organisé au profit d’une cause caritative. De retour en France, je me suis demandé ce que je pouvais faire pour assouvir un rêve sportif tout en étant utile et solidaire. J’ai alors découvert l’Association Petits Princes, dont la cause m’a particulièrement touché.

 

Comment avez-vous monté ces deux projets ?

En 2014, avant de gravir le Mont-Blanc, j’ai très vite rencontré un guide de haute montagne qui m’a fortement conseillé de suivre un stage de préparation. Je n’avais jamais fait d’alpinisme avant. J’ai été pragmatique.

Et puis je suis parti à la recherche de sponsors pour financer toute la logistique des ascensions. Plusieurs entreprises m’ont suivi, de la plus petite à la plus grande pour le Mont Blanc puis pour le Kilimandjaro. Le fait de planter leur logo sur un drapeau sur ces sommets et de raconter mes défis a été un élément important pour leur communication interne. J’ai même obtenu le Prix Servir d’Abord du Rotary International pour mon projet « Le Sommet des Rêves en Afrique » (l’ascension solidaire du Kilimandjaro) et je suis dans l’attente de réponse d’une subvention « Jeunesse et Sports ». Je me suis également tourné vers des donateurs particuliers pour l’Association Petits Princes en sollicitant d’abord ma famille puis en élargissant le cercle à mes amis puis à mes collègues et aux réseaux sociaux.

 

Quelles sont les clés de la réussite d’un tel projet ?

Courage et persévérance. Ce sont deux mots qui me sont particulièrement chers. Il faut oser, même si des épreuves nous attendent, et ne pas abandonner, aller jusqu’au bout.

Mais une des clés du succès est aussi d’être organisé. « Un objectif sans plan s'appelle un vœu. », disait Saint-Exupéry. On ne peut pas arriver au sommet sans se donner des étapes : programmer, anticiper la communication, planifier les contacts avec les sponsors potentiels…

Et puis il faut y penser sans cesse. J’ai mis environ 6 mois à préparer chaque ascension.  Ce type de projet étant relativement long, l’engouement, notamment des partenaires, peut s’estomper. Il faut être toujours actif, ne jamais lâcher et savoir entretenir la dynamique, y compris celle de ceux qui vous soutiennent.

 

Que vous a apporté votre engagement pour l’Association ?

J’y ai trouvé ce qu’aucun autre événement sportif ne m’avait apporté : faire quelque chose pour quelqu’un, tout simplement. Et en fait, ce sont les enfants qui m’ont aidé à atteindre mon but. Pour l’ascension finale, après une semaine d’efforts intenses, on se demande nécessairement pourquoi on s’est lancé dans l’aventure. Et se dire qu’on le fait pour un enfant gravement malade qui va pouvoir réaliser son rêve aide vraiment à tenir. Et aujourd’hui, ce qui me réjouis, c’est de voir des étudiants frapper à ma porte parce qu’ils souhaitent à leur tour monter des projets solidaires.

 

Quel était votre rêve lorsque vous étiez enfant ?

Aller sur la lune. Et j’en rêve encore !

 

 

Après avoir effectué en 2014 l'ascension mythique du Mont-Blanc, Jean-Baptiste Welsch s’est lancé le défi l’été dernier de gravir le toit de l'Afrique, le Kilimandjaro, et de collecter une fois de plus des dons pour l'Association Petits Princes. 

Après des mois d’entrainement physique et la recherche de partenaires pour l’aider à financer et soutenir son projet, Jean-Baptiste s’est envolé pour la Tanzanie le 16 juillet 2016. Six jours plus tard de marche et de montée intense, il y est parvenu ! Au sommet de son rêve.

L’aboutissement de son projet à travers cet exploit a permis de rassembler plus de 2100€ de dons pour l’Association Petits Princes permettant ainsi la réalisation de merveilleux rêves d’enfants malades.

Plus d’information sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/lesommetdesrevesenafrique

Partager sur :



S'inscrire à la Newsletter :
Je m'inscris