Détente musicale à l'höpital Necker Enfants Malades

Détente musicale à l'hôpital Necker Enfants Malades

L’Association Petits Princes finance depuis plusieurs années l’intervention d’une musicienne, Arielle Mangeard, au chevet des enfants dans plusieurs services de l’hôpital Necker-Enfants Malades.

En réponse à un environnement sonore souvent anxiogène et cacophonique, elle offre des moments de découverte, d’éveil et de détente autour de la musique. Le Professeur Sylvain Renolleau témoigne :

« Dans l’univers de la réanimation pédiatrique, où la pollution sonore des alarmes, des bips et autres bruits agressifs participent à l’angoisse, la musique semble purifier l’atmosphère. Particulièrement chez les enfants, elle soulage, apaise, réjouit, calme et rassure. Elle fait partie intégrante des soins en améliorant le confort et le bien-être de nos petits malades. »

Arielle travaille depuis 25 ans dans les hôpitaux parisiens. Elle est attentive, douce, drôle… Certains enfants sont très marqués par la maladie, physiquement et moralement. Mais, à chaque séance, au fur et à mesure des chansons, ils commencent à sourire, à chantonner, à taper dans les mains, d’abord timidement puis avec joie…

 

  1. Bonjour Arielle, pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre parcours ?

Depuis toute petite, j’ai baigné dans la musique. Mes parents, mes deux frères et ma sœur  pratiquaient la musique de cuivre. Nous donnions quelques concerts dans des maisons de retraite ou dans des institutions sociales de l’armée du salut, souvent pendant la période de Noël. Après des études de trompette au conservatoire, je me suis formée et j’ai travaillé entre autre avec une association qui intervenait dans les écoles et à l’hôpital auprès des enfants malades.

  1. Selon vous qu’est-ce que ces séances apportent aux enfants ? Et comment réagissent les parents ?

Que ce soit un bébé, un jeune enfant ou un ado, la musique est une parenthèse, un moment où on ne pense pas aux soins. Les parents sont heureux et apprécient. Certains participent activement, chantent, dansent avec moi, c’est presque « la fête ». D’autres se mettent plus en retrait et regardent comment réagit leur enfant. Il y a des moments tout doux où il y a juste la musique avec un bébé dans les bras de sa maman ou son papa.

  1. Comment se déroulent les interventions musicales à l’hôpital Necker ?

Je travaille avec l’éducatrice du service qui ont préparé ma venue, demandé aux enfants si cela les intéressait. Les séances se déroulent dans la chambre, je viens avec ma guitare et quelques instruments de percussion que les enfants et les parents peuvent utiliser s’ils le souhaitent. Il y a un répertoire de chanson adapté à l’âge des enfants. Petites comptines à gestes pour les bébés, chansons rigolotes, rythmées pour les 4/6 ans jusqu’aux chansons tipe variété pour les pré-ados.

  1. Avez-vous des anecdotes à nous raconter ?

Il y a deux semaines, je rentre dans la chambre d’un bébé de 7 mois qui était dans les bras de sa maman. Je commence par chanter une berceuse et il commence tout doucement à montrer des émotions et à pleurer ! Curieusement, sa maman était contente de voir qu’il exprimait cette émotion. Je suis passée alors à un répertoire plus rythmé, plus jazzy et les pleurs se sont arrêtés et nous sommes restés un bon moment ensemble. La semaine dernière, je revois ce petit bébé avec son papa et je repars sur des chansons bien rythmées. Tout se passe très bien et je discute un tout petit peu avec celui-ci mais le bébé s’est mis à pleurer jusqu’à ce que je recommence à chanter !  Il n’y a pas d’âge pour avoir des gouts bien précis même pour les bébés.

Une autre fois, je vais voir une jeune fille de 12 ans qui ne parlait pas un mot de français. Elle est d’accord pour que je chante, ce que je fais. Quelques chansons plus tard, elle me fait comprendre qu’elle veut chanter quelque chose pour moi. Elle commence à chanter dans sa langue avec sa très jolie voix, je l’accompagne avec ma guitare. Instants magiques et magnifiques que de l’entendre chanter. La musique est encore plus belle quand elle se partage…

 

Partager sur :

S'inscrire à la Newsletter :
Je m'inscris