Françoise, bénévole

Françoise, bénévole depuis 5 ans

En 2010, je souhaitais ralentir mon activité dans le domaine de la communication et m’investir dans une activité bénévole. J’ai découvert l’association Petits Princes par un concours de circonstances. En attendant un rendez-vous, j’ai lu, dans le journal de la mairie, un article consacré à l’association qui a retenu toute mon attention. Moi, la spécialiste de l’organisation, j’ai tout de suite été attirée par le fait que l’Association Petits Princes soit structurée comme une entreprise avec un vrai « supplément d’âme ». Aussitôt, j’ai adressé ma candidature. J’ai alors passé trois entretiens, et, comme tous les bénévoles, j’ai suivi une formation. J’ai rejoint l’équipe en charge de la réalisation des rêves en septembre 2012.

Énormément de joies

L’Association Petits Princes m’apporte énormément de joies. Joie de constater combien l’association aide dans leurs difficultés quotidiennes les enfants malades et leur famille à sortir de leur isolement en leur offrant écoute et accompagnement. Joie au sein de l’association par tous les échanges entre bénévoles et salariés. Joie d’avoir la sensation d’apporter aux autres quand on a tant reçu de la vie. Joie de découvrir aussi de nouveaux univers pour concrétiser les rêves des enfants.

Visiter la Tour Eiffel en tractopelle

En 5 ans, j’ai vécu du rêve le plus simple au rêve le plus fou.

Un rêve tout simple était celui d’un petit prince qui voulait visiter Paris comme si on était à New-York… Outre, la Tour Eiffel, Paris recèle trois statues de la Liberté, répliques exactes du célèbre monument new-yorkais : la plus connue après l’originale se situe au Pont de Grenelle, une autre au Jardin du Luxembourg et une maquette de la construction au Musée des Arts et Métiers ; pour clore en beauté sa visite de Paris, c’est en limousine que le petit prince a découvert le soir le quartier de la Défense illuminé…

Le rêve plus fou que m’a confié un petit prince de 5 ans était de monter à la Tour Eiffel en tractopelle ! Pour ce rêve singulier, le petit prince a été accueilli sur un chantier de travaux publics. Vêtu d’un baudrier, d’un casque et d’une paire de bottes à son nom, il s’est familiarisé à la manipulation des grosses machines, parcourant tout le chantier, prenant même les commandes d’une tractopelle puis d’une grue pelleteuse, à sa plus grande joie. Aucun des noms des engins de chantier ne lui était inconnu.

L’Association Petits Princes en une phrase ?

On y trouve une véritable richesse qui découle de la complémentarité des salariés et des bénévoles aux parcours différents, tous étant engagés autour d’un même objectif : redonner le sourire aux enfants et à leur famille.

Partager sur :